--> Belle Bretonne

La Belle Bretonne

Le deuxième mauritanien camaretois

Pendant que Louis Callec prospectait et posait les bases d'une nouvelle pêche, d'autres patrons ou armateurs camarétois croyaient fermement à la réussite du projet, c'est ainsi qu'Auguste Kergroach passa commande pour la construction d'un grand langoustier chez Albert Péron, constructeur camarétois.

Camaret
La Belle Bretonne en construction au chantier Péron en 1955, c'est le premier mauritanien construit à Camaret (remerciements à la famille Kergroach)

La Construction

Auguste Kergroach était à cette époque patron de "La Belle Etoiile", il pêchait la langouste rouge sur les côtes anglaises, portugaises et marocaines.
Pour le chantier Péron c'était une grande première que de construire un bateau de 214 tonneaux mesurant 30 mètres, du jamais vu à Camaret.
La construction débuta en janvier 1955 et dura toute une année pendant laquelle Auguste Kergroach, tout en continuant sa pêche sur la "Belle Etoile", observait avec attention les explois de Louis Callec en Mauritanie.

Il put ainsi bénéficier de cette expérience et fit mettre sur son futur bateau une installation frigorifique et une chambre froide pour stocker la langouste en période d'eaux chaudes (voir "Ma Petite Folie").

Pour pêcher la langouste aux casiers, il faut beaucoup de boëtte (appât), la "Belle Bretonne" fut équipée d'un chalut qui lui donnera son autonomie, la Mauritanie étant riche en poissons.

Camaret
Le jour de la bénédiction, coque blanche et grand pavois , la Belle Bretonne en rade de Camaret. Le pont est noir de monde, clergé, officiels, constructeurs, équipage et familles ont été invités à la bénédition du plus grand bateau de Camaret. (remerciements à la famille Kergroach)

Le lancement

Le lancement se fit en décembre et aussitôt cette grande coque fut remorquée vers Brest pour la pose du moteur. Trois langoustiers furent mobilisés le "Santez Anna" et la "Belle Gitane" assuraient le remorquage tandis que "l'Océan" escortait le précieux convoi. Le 29 décembre la "Belle Bretonne" était accostée à Brest au 5 eme bassin pour les travaux de mécanique. Son moteur de 270 cv lui assurait une vitesse de 7 noeuds.

La bénédiction

Il revint ensuite à Camaret pour les travaux de finition et pour recevoir son matériel de pêche. Au mois de mai on procéda à la bénédiction, en musique, avec la Kevrenn des cheminots de Carhaix. La photo de droite montre l'importance qu'un tel évènement avait à cette époque.

Départ pour le premier voyage

Quelques jours après la bénédiction ce fut le départ. Le 5 mai 1956 la "Belle Bretonne " quittait Camaret pour son premier voyage en Mauritanie.
Pour cette premiere expédition Auguste Kergroach s'était équipé de casiers pour pêcher la langouste rose mais aussi de filets pour la langouste verte. C'était la garantie au cas où la rose ne soit pas au rendez-vous.

Camaret
La Belle Bretonne sur les lieux de pêche. On distingue les casiers sur le pont et le chalut sur le côté tribord. (collection famille Kergroach)

Ils trouvèrent de la langouste rose et se concentrèrent sur cette pêche, une partie des langoustes était gardée vivante dans le vivier, les autres étaient étêtées, puis les queues étaient congelées et stockées en chambre froide.
Malheureusement, alors que la pêche donnait bien, l'installation frigorifique tomba en panne, il leur fut impossible de réparer. Les quatre tonnes de queues de langoustes congelées durent être rejetées à la mer ce qui représentait environ 10 de langoustes entières. La pêche continua en stockant uniquement dans le vivier. La "Belle Bretonne" est rentrée à Camaret au mois de juillet et a débarqué 8.4 tonnes de langoustes roses.

Les voyages suivants de 1956.

Le deuxième voyage démarra au mois d'Aout, période ou les eaux sont chaudes en Mauritanie. Auguste Kergroach décida d'aller pêcher la langouste verte sur les côtes du Cap Blanc. En novembre ils débarquèrent 10 tonnes de vertes vendues 745 frs le kilo.

Au troisième voyage qui eut lieu en hiver, la "Belle Bretonne" retourna pêcher de la langouste rose. Les installations de congèlation avaient été revues et doublées pour éviter un nouveau problème.
En février 57 le bateau débarque pour la première fois à Camaret 4 tonnes de queues langoustes roses congelées et 13 tonnes de vivantes. C'est techniquement un succès et un grand pas vers le développement de cette pêche lointaine. Tous les futurs langoustiers mauritaniens seront par la suite équipés d'un dispositif de congélation.

Vidéo de 1956: Le 1er voyage de la Belle Bretonne

Y X S
V
Belle Bretonne